En plénière

La numérisation des services de santé et de soins est une réelle opportunité pour les citoyens européens



Le 17 décembre en session plénière, Nathalie Colin-Oesterlé est intervenue au cours du débat sur la transformation numérique des services de santé.

« L’enjeu est de taille : il s’agit de promouvoir la santé au niveau européen, prévenir les maladies et les combattre, contribuer à répondre aux besoins non satisfaits des patients et faciliter l’égal accès des citoyens à des soins de grande qualité grâce à une utilisation judicieuse des innovations numériques.

Les questions de santé relèvent certes de la politique nationale de chaque État membre. Néanmoins, si nous voulons qu’il y ait une interopérabilité des systèmes entre États membres il est nécessaire qu’un format européen unique d’échange de données informatiques voit le jour. Cela concerne notamment les dossiers des patients, les ordonnances électroniques, les résultats de laboratoire, l’imagerie médicale, les rapports de sortie de l’hôpital...

Mais pour faire l’Europe de la santé nous devons :

 - aider, tout d’abord, financièrement les États membres qui n’ont pas encore un développement numérique suffisant,

- se fixer un calendrier et des objectifs concrets,

 - améliorer l’information du patient européen quant au prix des médicaments au sein de l’Union européenne. Ceci est d’autant plus important pour les patients atteints de maladie rare qui doivent se faire soigner dans un autre État membre que le leur.

 -  enfin, garantir la protection des informations privées afin qu’elles soient utilisées dans l’intérêt exclusif des patients.

La numérisation des services de santé et de soins est une réelle opportunité pour les citoyens européens, et pour l’Europe de la santé qui doit devenir réalité.